L’arbre qui cache Laforêt des discriminations

Qui a fait le buzz entre Noël et Jour de l’an ? Une agence immobilière ayant proposé une offre de logement mentionnant une discrimination raciale directe, c’est-à-dire formelle et intentionnelle. Indignation collective, la propriétaire nie et attaque l’agence, l’agence nie et attaque la propriétaire, Laforêt exclut l’agence de son réseau, fin de l’histoire, vous pouvez retourner à vos occupations, le racisme est vaincu, on a eu chaud. [Edit : entre temps, France Info a découvert la discrimination raciale directe au logement, bravo les petits gars.]

Contactés par la version web d’un quotidien français pour nous exprimer sur les discriminations au logement, nous avons patiemment expliqué au journaliste notre surprise de le voir s’intéresser à ce sujet, qui touche une part importante de la population quotidiennement et dont on n’entend finalement assez peu parler. Bons princes, nous lui avons envoyé des données, des liens et sources fiables, des éléments tangibles lui permettant d’évaluer la gravité de la situation ainsi que sa reconnaissance tardive et incomplète par les pouvoirs publics, dont on attend toujours les actions. On doit l’avouer, on en a profité pour mettre un taquet à SOS Racisme et on a moqué l’intérêt soudain des grands médias pour cette problématique généralement négligée ou relayée au rang des faits divers. Et pourtant, on a eu deux phrases, mal citées, qui concluent un article dans lequel la parole est donnée principalement aux amis de Julien et Harlem, qui, cette fois, n’étaient pas en maillot de bain à Reims.

Quand on nous donne la parole, c’est pour en modifier le sens et la portée politique. Du coup, on va faire les choses nous-mêmes. On commence à avoir l’habitude.

L’étendue des discriminations au logement et leurs conséquences matérielles
En 2009, l’enquête TeO du très respectable Institut National des Etudes Démographiques a publié ses résultats concernant la discrimination (au logement mais pas seulement) en France. A l’époque, c’était la HALDE et non le Défenseur des Droits qui recevait les plaintes. Ses services déclaraient alors que 30% de l’ensemble des plaintes qu’ils recevaient concernaient des discriminations raciales, c’est-à-dire des traitements inégaux motivés par la nationalité, l’origine ou la religion des victimes, réelles ou supposées. Par ailleurs, en 2009, 6% des saisines de la Halde avaient pour objet la discrimination au logement.

Les chercheurs de l’INED considèrent ce chiffre comme largement sous-estimé. En effet, les discriminations au logement sont extrêmement difficiles à identifier et encore davantage à prouver. En fait, les bailleurs comme les agences ont le droit de laisser notre demande sans réponse et rien ne les contraint ni à formuler un refus, ni à en expliquer les motifs. Ils ne se privent d’ailleurs pas de nous laisser en R. Alors comment savoir si notre dossier a été refusé pour des motifs discriminatoires ou parce que nous étions en concurrence avec un autre en termes de solvabilité ? On ne peut pas. Les critères de sélection pour louer un logement sont opaques et s’inscrivent dans un marché du logement (francilien, notamment mais pas seulement) très tendu. Nous sommes ainsi à la merci de bailleurs prompts à opérer différents types de discriminations et sommes impuissants face à leur pouvoir.

D’autant que dans le pays qui se glorifie d’avoir retiré le mot race de la constitution (cela n’a pas fait disparaître le racisme, quelle déception), on est allergiques aux statistiques dites ethniques, c’est à dire permettant justement de mesurer les traitements inégaux en fonction de la position sociale des racisé.es.

nejma

Merci @ Melusine_2 pour cette définition

Sauf que, en dépit de la faiblesse des données statistiques dites “ethniques” en France, il y en a quand même quelques unes. Par exemple, on sait qu’un immigré sur quatre, qu’il soit arrivé enfant ou adulte en France, a subi une discrimination au logement.

Ce traitement inégal n’a que peu à voir avec la nationalité puisque parmi les personnes nées en France, dont les deux parents ont immigré, une sur trois expérimente également ce type de discrimination. Quant à ceux dont un seul des parents a émigré, 17% rencontreront cette discrimination en particulier. Quand même.

On rappelle qu’en France, l’année de l’enquête, 5 millions de personnes étaient immigrées et 6 millions descendantes d’immigrés, dont la moitié est majeure et donc potentiellement sur le marché du logement. Ça fait du monde qui déclare une discrimination et quelque chose nous dit que ça n’a rien à voir avec une “subjectivité particulière”.

Si on regarde bien, parmi tous ceux qui déclarent avoir vécu une discrimination au logement, la moitié évoque le motif ethnoracial, c’est à dire l’origine ou la couleur de peau. C’est le motif prédominant de toutes les déclarations, dans chacune des sphères de la vie quotidienne interrogées par l’enquête.

affaire_laforeet___un_con-001

Tableau : motifs de discrimination déclarés par sphère – INED, en %

 

Pour bien comprendre, il faut savoir comment tout ça est calculé. En fait, lorsque les chercheurs de l’INED mesurent la discrimination, ils font une distinction entre celles qui sont déclarées par les victimes (c’est-à-dire qu’elles estiment y avoir été exposées et avoir identifiées ces situations comme discriminantes) et ce qu’ils appellent les discriminations situationnelles.¹ Ces dernières sont évaluées avec d’autres indicateurs et permettent de limiter le risque que les victimes sous-déclarent les traitements inégaux qu’elles ont subis.  En fait, quand on est discriminé, on a en quelque sorte l’habitude de l’être. Ainsi, lorsqu’on demande directement “avez vous vécu une situation jugée discriminatoire ?”, on est moins nombreux à répondre positivement que si les enquêteurs nous posent des questions précises. Cet indice de “discriminations situationnelles” est donc construit à partir des réponses des personnes interrogées à des questions très concrètes sur les domaines essentiels de la vie quotidienne : l’emploi, le logement, l’accès aux services, etc.

affaire_laforeet___un_con-0021

Tableau : part des discriminations situationnelles par sphère selon le lien à la migration – INED, en %

On le redit : les données montrent que sur la question particulière du logement, 10% des immigrés arrivés adultes ont subi objectivement une situation discriminante. C’est le cas aussi de 8% des descendants de deux parents immigrés et de 5% des descendants de couples mixtes. De manière générale, l’INED explique que “certains groupes sont par ailleurs systématiquement plus discriminés quelle que soit la situation envisagée. Il en est ainsi pour les migrants et descendants du Maghreb et d’Afrique subsaharienne […]”.² On comprend que ce sont les populations ayant un lien avec l’immigration post-coloniale qui sont ici particulièrement concernées par les discriminations de toutes sortes³ et que d’autres données tendent à le confirmer.

Un motif ethnoracial prédominant mais des différences entres les groupes
Avec les stats françaises actuelles, il est impossible de connaître la proportion de racisé.es au sein des groupes immigrés. Par exemple, comment savoir combien de personnes racisé.es se trouvent dans le groupe des immigrés en provenance d’Espagne ? S’agit-il de blancs, qui ne subiront donc pas la discrimination ethnoraciale ou de  racisés ayant la nationalité espagnole ? Difficile à dire.

Ce qu’on sait en revanche, c’est que l’INED note des différences importantes entre les groupes immigrés/descendants subissant des discriminations, que celles-ci soient auto-déclarées ou situationnelles.

affaire_laforeet___un_con-003

Tableau : indicateurs de discriminations selon l’origine détaillée et lé génération, INED

 

Ainsi, en ce qui concerne l’éducation, le chômage, l’emploi, le logement ou l’accès aux services, on voit que les populations postcoloniales (maghrébines et subsahariennes, principalement) expérimentent davantage les discriminations, qu’elles soient auto-déclarées ou évaluées par les chercheurs. Dans le tableau, on peut lire que 49% des descendant.es d’immigré.es subsaharien.nes ont déclaré avoir subi une discrimination et que 57% en ont effectivement vécu au moins une. Les descendant.es d’immigré.es algérien.nes sont 39% à en déclarer une et 51% à en avoir vécu objectivement.

Du coup, plus d’un.e descendant.e d’immigré postcolonial – Français.e donc, avec une belle carte d’identité bleue – sur deux a déjà été discriminé.e dans un ou plusieurs de ces domaines essentiels de la vie quotidienne.

Des groupes qui sous-estiment leur situation
Certains groupes sous-estiment leur exposition aux discriminations : c’est le cas des Turcs et de leurs descendants, mais aussi d’une partie de la population majoritaire.4

affaire_laforeet___un_con-004

D’après l’INED, la situation du groupe turc (immigrés et descendants) est révélatrice : “s’ils se déclarent un peu moins souvent discriminés que les originaires du Maghreb, ils rencontrent de fait des situations discriminatoires dans des proportions tout à fait similaires. Le décalage entre les dimensions subjective et objective est dans leur cas aussi important que pour les originaires d’Europe, comme s’il y avait une distorsion entre l’idée qu’ils se font de leur exposition aux discriminations et ce qui se produit en réalité : ils se pensent épargnés comme les Européens, mais rencontrent en fait les mêmes obstacles que les Maghrébins.” D’où l’intérêt de croiser des indicateurs à la fois objectifs et subjectifs : il y a parfois une différence entre la manière dont nous croyons être traités et les traitements que l’on subit effectivement.

Voilà pour les discriminations expérimentées et les traitements inégaux déclarés, de manière générale ou au sujet du logement. On a voulu aller plus loin et chercher à savoir qui cherche des logements et qui en propose à la vente ou à la location. Malheureusement, on ne trouve pas les données qui nous permettraient de le savoir.

Un peu déçus, on est allés fouiller dans les stats sur la situation du logement des gens, se rabattant sur des éléments plus accessibles. On a bien fait.

Un accès à la propriété différent selon que l’on soit immigré/descendant d’Espagne ou du Mali
En 2016, 57,8% des résidents en France (hors Mayotte) sont propriétaires de leur logement principal, dont 20% sont en train de rembourser les traites. Du coup, ça nous laisse 40% de locataires, dont 16% dans le parc social. Mais…si on regarde d’un peu plus près, on comprend que l’accès à la propriété est différent selon le statut immigré/non immigré. Par exemple, alors que plus d’un résident sur deux est propriétaire de sa résidence principale, on sait aussi que c’est le cas de seulement un immigré subsaharien sur dix.5

Les immigrés maghrébins sont, quant à eux, deux fois moins souvent propriétaires de leur résidence principale que le reste de la population. Certes l’ensemble de ces inégalités là ne sont pas tant liées aux seules discriminations qu’à la condition de racisé.e : davantage au chômage, plus souvent dans les secteurs professionnels difficiles, précaires et peu rémunérateurs, moins souvent en bonne santé, etc.

Une condition racisé.e difficile à mesurer avec les statistiques actuelles

Mais puisqu’ici en France, on ne dispose pas de statistiques permettant de mesurer cette condition (et ses conséquences sur la vie des personnes), on en reste à distinguer seulement le groupe immigré (ayant soi-même fait le voyage) des descendants d’immigrés (dont un ou deux parents ont fait le voyage) sans plus de précisions.

Les immigrés non-européens : plus pauvres, davantage au chômage

On voit que les immigrés, surtout s’ils sont non européens, subissent des inégalités dans l’accès aux ressources : ils sont davantage au chômage (17,7% en 2012 contre 9,9%), et ce même à diplôme égal. A l’heure où l’avidité crasse des propriétaires et des assurances privées, aidés par les gouvernements successifs, font qu’il est très difficile de louer un logement sans le précieux sésame CDI + ressources d’au moins 3 fois le loyer, c’est savoureux.

Et ce n’est pas qu’une question de niveau de qualification : si on regarde le groupe possédant un diplôme de bac à BTS/DUT, on compte 3 fois plus d’immigrés non européens au chômage (qu’ils soient ou non devenus français depuis leur arrivée) que parmi les Français de parents nés français, pour le même niveau de diplôme.

affaire_laforeet___un_con-005

C’est important aussi de rappeler que, parmi les immigrés, tous n’ont pas ni demandé ni obtenu la nationalité française. Il y a donc une proportion importante d’étrangers dans le groupe immigrés et 21% des emplois leur sont toujours aujourd’hui interdits. Ça fait quand même, en 2008, 5 à 7 millions d’emplois selon les sources 6, dont un million dans le secteur privé (médecins, architectes, notaires…). Ces restrictions d’accès à l’emploi ne concernent évidemment pas les personnes étrangères  ressortissantes de l’Union Européenne.

Il en va de même pour la pauvreté, que les immigrés subissent davantage, et encore plus s’ils ne sont pas originaires d’un pays de l’Union Européenne. On comprend alors que 38% des personnes qui vivent dans un ménage immigré sont pauvres, c’est à dire vivent sous le seuil de pauvreté (1000€ aujourd’hui pour une personne seule). C’est 3.5 fois plus que les non-immigrés.

affaire_laforeet___un_con-006

Les descendants d’immigrés non-européens : plus pauvres, davantage au chômage (eux aussi)

Les descendants d’immigrés, eux, se situent entre le groupe immigré et les Français nés de parents français. Leur niveau de vie est inférieur de 14% par rapport au groupe nés de parents français mais supérieur de 10% à celui des immigrés. Avec là encore, de très fortes disparités selon si leurs parents viennent d’un pays d’Europe ou d’Afrique. Ainsi le niveau de vie 7 de la moitié des descendant.es d’immigré.es africain.es est inférieur à 1 155€ mensuels alors que celui de 50% des Francais de parents français s’élève à plus de 1 635€. Un écart considérable.

Affaire_LaforeEt___un_con-007.jpg

Concernant l’emploi, en 2012, le taux de chômage des descendants d’immigrés s’élève à 14% alors que celui des immigrés atteint 17%. Dans les deux cas, c’est 2 fois plus que le taux de chômage des personnes ni immigrées ni descendantes, qui lui, culmine à 8% à ce moment-là.  Si on s’intéresse à la situation des jeunes, c’est pire encore : en 2015, 42%8 des descendants d’immigrés africains de moins de 25 ans sont au chômage contre 22% des autres jeunes.

En dépit de l’obstination française à refuser la production de statistiques permettant d’être enfin informés sur ces questions importantes, on le sait : les immigré.es et leurs descendant.es, surtout issu.es des populations postcoloniales subissent de plein fouet chômage, pauvreté et discriminations dans les différents domaines essentiels de la vie quotidienne.

Ces traitements différenciés interviennent à la fois dans l’accès aux études et à la formation, lors de l’orientation scolaire, sur le marché de l’emploi, etc. et obéissent à des logiques systémiques.

Ainsi, les populations racisé.es en France, à la fois en raison de leurs caractéristiques économiques et de leur origine ou de celle qu’on leur prête, sont victimes d’un “racisme sans racistes” et d’un système qui les maintient dans une domination certaine. Les discriminations directes (comme celle exposée dans l’affaire Laforêt) sont rares et on se lasse du buzz régulier mais éphémère qu’elles produisent.  On aimerait, plutôt qu’un intérêt aussi superficiel, accéder enfin à des analyses qui prennent le racisme systémique et ses conséquences en compte.

Un phénomène systémique, pas un cas isolé
Finalement, si on peut se réjouir de la condamnation prochaine de cette agence, il est inacceptable de laisser le champ libre à la théorie du “cas isolé”, au regard de ces données publiques et accessibles en ligne.

Aucun reportage, bricolé rapidement entre le foie gras et le mousseux par un stagiaire de SciencesPo ne nous fera croire que la discrimination au logement subie depuis longtemps par les populations racisées, en particulier postcoloniales, est une histoire de hasard ou de propriétaire raciste.

Il s’agit bien ici d’un phénomène systémique et il est lamentable de voir que les partis de gouvernement commencent juste à se saisir de la question, et encore, du bout des lèvres. On n’oublie pas la campagne de recherche de l’existence des discriminations à l’embauche, engagée avec enthousiasme par le même Manuel Valls qui a jugé le CV anonyme “impossible à mettre en oeuvre”.

On continuera, période de fêtes ou non, à dénoncer l’instrumentalisation des discriminations, leur découverte tous les trois mois par le pouvoir politique ou les médias dominants, leur mise en scène de conte de Noël d’une très improbable France antiraciste et égalitaire. Les discriminations au logement existent, les institutions qui produisent les stats publiques aussi et on le vit tous les jours.

Bonne année à tous sauf aux proprios et aux patrons.
Le Seum.

________
1.
BRINBAUM, SAFI et SIMON, Les discriminations en France : entre perceptions et expériences, INED, Document de travail 183, p.32, 2015
2. BRINBAUM, SAFI et SIMON, op.cit, p.10
3. Lorsque la population majoritaire, c’est à dire les personnes n’étant ni immigrées, ni descendantes, déclare des discriminations au logement, cela peut être sur des motifs tels que le genre, l’état de santé, le handicap, etc.
4. L’INED ne dit pas “blanc” mais utilise ce terme pour désigner ceux qui n’ont aucun parent immigré (cela peut être des grands-parents, en revanche) ni immigré eux-même, ni natif ou descendant d’un DOM.
5. Enquête TeO, INED, 2015, op.cit
6. Observatoire des inégalités, “5,3 millions d’emplois demeurent fermés aux étrangers non-européennes”, en ligne, 17 septembre 2011
7. INSEE, Niveau de vie : définition, en ligne, 13 octobre 2016
8. France stratégie, “jeunes issus de l’immigration : quels obstacles à leur insertion économique”, en ligne, http://www.strategie.gouv.fr/publications/jeunes-issus-de-limmigration-obstacles-insertion-economique 1er mars 2015

Advertisements