Pierre Bergé, merci de nous foutre la paix

On a le Seum contre Pierre Bergé qui veut libérer les femmes. 

TW : TCA, anorexie, illustrations (photos de mode) 

Dans une interview donnée sur Europe 1, Pierre Bergé, chef d’entreprise et actuel président de la Fondation pierre Bergé – Yves Saint Laurent, s’est dit « scandalisé » par la récente ouverture d’une collection de vêtements destinée aux femmes voilées, et commercialisée par de grands groupes de l’industrie du prêt à porter de luxe (Dolce & Gabbana).

« Je suis scandalisé, moi qui ai été pendant 40 ans aux côtés d’Yves Saint-Laurent, j’ai toujours cru qu’un créateur de mode était là pour embellir les femmes, pour leur donner la liberté »

Merci Pierre, mais les femmes n’ont pas besoin qu’un homme leur « donne » leur liberté : on la prendra nous-mêmes. Admirons au passage l’étonnante rhétorique infantilisante de M. Bergé, plutôt paradoxale pour quelqu’un qui prétend défendre l’indépendance et l’autonomie des femmes. Quant à cette touchante volonté de nous « embellir » (serions-nous laides de nature ?), on la lui laissera aussi, attendu que le moindre des produits commercialisés par YSL est à peu près inabordable pour l’écrasante majorité des femmes de ce pays – mais on avait bien compris que la « liberté » ne concernait que les femmes riches. 

Poursuivant son invective, Pierre Bergé dit refuser d’« être le complice de cette dictature imposée qui fait que l’on cache les femmes ». Passons sur le cliché mille fois ressassé de la femme voilée qui se « cache », pur sujet passif, victime d’injonctions – idée reçue en grande partie contredite par la parole des femmes musulmanes et voilées elles-mêmes, on te conseille de lire de livre de Faïza Zerouala, Des voix derrière le voile, Pierre.

En effet, en Europe, en France, de nombreuses femmes ont honte de leur corps, à tel point que devoir le montrer est pour elle une souffrance. Elles subissent ici les conséquences d’une norme esthétique ayant consacré la femme blanche, cisgenre, mince, valide et grande comme critère de beauté de référence, modèle vers lequel il leur est implicitement demandé de tendre pour être socialement acceptée en tant que femme. Les récentes campagnes de publicité du groupe Yves Saint Laurent en disent long sur le type physique promu par la marque :

Yves-Saint-Laurent

yvessaintlaurent-opium-20040101-katemoss

ysl pub 3

Il y a tout juste trois semaines, M. Bergé inaugurait et assistait à un défilé Yves Saint Laurent à l’hôtel de Sénecterre, dans le VIe arrondissement de Paris. L’esprit de la collection, conçue par Hedi Slimane, se voulait résolument « rock » ; à la découverte des photographies, on est cependant moins frappé par l’audace des tenues que par l’extrême maigreur et pâleur des mannequins. Pierre Bergé, lui, n’a pas cru bon de s’en inquiéter sur Europe 1, sans doute trop occupé à vouloir libérer les pauvres femmes musulmanes opprimées – question de priorité, quoi.

Etonnant qu’un chef d’entreprise si inquiet du sort des femmes n’ait apparemment aucun scrupule à faire travailler des jeunes femmes dans un état de santé désastreux, participant à la glamourisation dangereuse de l’anorexie dont on connaît les conséquences pour des millions de jeunes femmes à travers le monde. Cette maladie psychiatrique, qui reste la plus mortelle en France, touche des femmes à 94-97%, selon les statistiques ; environ 10% des malades en décèdent, dont de nombreux mannequins mourant d’épuisement au sein des grands groupes qui les exploitent.

La maison Saint Laurent n’en est pas à son premier scandale en la matière. L’année passée, en 2015, une publicité pour la marque, diffusée dans le magazine Elle UK, fut retirée et interdite, car jugée « irresponsable » par les instances compétentes. 

o-YVES-SAINT-LAURENT-PUBLICITE-570

On y voit une jeune femme à la maigreur extrême, allongée sur le sol dans un état manifeste d’épuisement. Dans un communiqué, le groupe Saint Laurent s’est contenté d’indiquer « être en désaccord avec la vision des plaignants sur le fait que le mannequin était maladivement maigre ». Ben oui, on interprète tout mal.

La marque Yves Saint Laurent, filiale du groupe Loréal, est également connue pour ses crèmes éclaircissantes, consacrant le teint blanc comme couleur universelle de la beauté. Ce type de produit continue aujourd’hui encore à alimenter les complexes de nombreuses femmes non-blanches à travers le monde, qui sacrifient parfois leur santé en utilisant de dangereux produits pour blanchir et éclaircir leurs peaux.

ysl.jpg

(Explore ta blancheur !!)

C’est donc le même Pierre Bergé qui, un an après et toujours sur Europe 1, vient donc nous expliquer, en parlant des femmes, qu’ « il faut leur apprendre à se dévêtir et à se libérer » (oui parce qu’on est un peu cons donc il faut vraiment tout nous apprendre, si vous avez suivi).

Merci donc Pierre Bergé de nous « libérer » chaque jour en exploitant des femmes malades jusqu’à l’épuisement, en participant à rendre l’anorexie glamour, en vendant des produits dangereux pour notre santé à travers le monde ❤

« Les convictions doivent passer avant l’argent », assène-t-il pour finir. On constatera pour notre part que Pierre Bergé ne mourra pas étouffé par ses contradictions. Les boutiques YSL se multiplient au Qatar, aux Emirats Arabes Unis ou en Arabie Saoudite ; il y a deux ans, le groupe se félicitait de son expansion au Moyen-Orient, les femmes musulmanes ne posant manifestement plus problème lorsqu’il s’agit de faire grossir le portefeuille de M. Bergé (voir :http://www.fashionunited.fr/fashion-news/fashion/saint-laurent-cr%C3%A9e-une-joint-venture-avec-al-tayer-insignia-2013032912976) On appréciera par ailleurs la hauteur de ses « convictions » féministes et de son « refus d’être complice » de l’oppression des femmes, qu’il n’hésite pas à monnayer au prix de notre santé morale et physique.

Publicités

3 réflexions sur “Pierre Bergé, merci de nous foutre la paix

  1. Pingback: A poil ou voilée, même combat.

  2. Pingback: Laissez-nous penser ! | Magie blanche

  3. Pingback: Ramer tous dans le même bateau | Magie blanche

Les commentaires sont fermés.