Le seum des meufs

Le Seum est le venin qui s’infiltre dans notre quotidien.

Du caractère genré de nos jeux et de nos éducations, de notre obligation à nous cantonner à l’intérieur de nos foyers, à être douces et aimantes jusqu’à l’abnégation, nous sommes les femmes, opprimées, agressées, silenciées, essentialisées. Ce Seum nait à la première remarque sur nos comportements, aux premières insultes sexistes « pour rire », aux premières agressions et micro-agressions qui nous assignent à ce rôle genré et nous refusent ainsi l’accès à notre émancipation.

Nous sommes celles dont on critique la tenue, jamais assez couvrante ou trop provocante, celles dont on estime que le comportement mérite légitimement punition et violences, celles que l’on agresse dans la rue, à la fac ou à la machine à café, celle que l’on viole impunément et dont on refuse d’enregistrer la plainte, celles que l’on rabaisse constamment, celles que l’on harcèle, celles que l’on violente, celles dont on instrumentalise la domination à des fins racistes aussi, celles que l’on présente libérées dans une société auto-déclarée égalitaire et dont on moque les luttes féministes, dans la douce chaleur de l’entre-soi. Nous sommes trop noires, trop frisées, trop grosses, trop agressives, trop vulgaires, trop féministes en somme.
Nous sommes celles qui vous élevons, qui vous nourrissons, qui éduquons vos enfants ou plutôt celles qui les préparent à ce monde sans justice et sans paix.

Nous sommes le Seum des meufs, nous ne vous devons rien et vous ne parlerez plus à notre place.

Si tu veux t’asseoir sur le trône faudra t’asseoir sur nos genoux.

Publicités