Le collectif du Seum

Qui sommes-nous ?

Femmes, noir(e)s, musulman(e)s, jui(f)(ve)s, bisexuel(le)s, arabes, mères, pauvres : le Seum est un rassemblement de personnes subissant au moins une oppression systémique, que celle-ci soit liée au genre, à la race, à l’origine et à la position sociale, à la religion, à l’orientation sexuelle ou tout cela à la fois.

Il nous apparaît à tous urgent et même vital, de nous rassembler et de nous organiser de manière autonome, loin des appareils politiques institutionnels, dans lesquels – de SOS racisme à OLF – nous ne nous reconnaissons pas.

Nés dans le sillage de la Marche de la Dignité d’octobre 2015, évènement fondateur organisé par la MAFED, nous voulons désormais donner de la voix. Nous luttons, ensemble, pour la destruction (et non la réforme) des institutions qui nous oppriment. Nous soutenons ainsi, de toutes nos forces, les groupements autonomes révolutionnaires dont nous partageons les engagements et les actions antiracistes (luttes contre le racisme mais aussi l’islamophobie, la négrophobie, l’antisémitisme) antisexistes, anticapitalistes. Nous militons pour la reconnaissance et l’émancipation des minorités – en termes d’accès au pouvoir – auxquelles nous appartenons de fait et auxquelles nous sommes assigné(e)s.

Dans cette optique, nous nous engageons, en tant que collectif, à prendre en compte le maximum d’axes d’oppressions systémiques possible, que ce soit dans nos propos comme dans nos actions, à l’aide d’un mode de fonctionnement horizontal.

Par conséquent, aucun membre du Seum n’a de pouvoir de décision sur les axes qui le concernent en tant que dominant. Les questions de l’hétérophobie, du racisme anti-blanc, de l’oppression imaginaire des athées, du sexisme anti-hommes sont donc exclues des débats et prises de position.

Que proposons-nous ?
– Un espace d’entraide, d’échanges, de partage et de réflexions.
– Un soutien concret via la création d’une caisse de secours en nature et en espèces.
– Une évaluation et une aide à l’ouverture des droits sociaux de chaque nouveau membre.
– La mise en commun de nos connaissances et compétences à des fins d’émancipation via l’auto-formation.
– L’organisation d’actions politiques autonomes en collaboration avec d’autres collectifs concernés.
– Un soutien et une participation à la diffusion des idées et actions politiques des organisations autonomes amies.
– Une organisation en sous-groupes, non-mixtes, permettant de lutter concrètement et efficacement contre les oppressions qui nous visent.

C’est bandant d’être indépendants.

Advertisements

3 réflexions sur “Le collectif du Seum

Les commentaires sont fermés.